L’incroyable scandale de l’Hôtel du Palais – Saison 1, épisode 7

(Et ça va être une super saga, comme Dallas… qui joue J-R à votre avis ? Qui Bobby ? Qui Sue Ellen et Pamela ?

Sur « Tu sais que tu viens de Biarritz… », des personnes avisées se demandent : Comment renflouer ? Ce qui témoigne d’une très légitime inquiétude. Certains leur répondent : pas de recette magique…

C’est bien pire que cela.

Pas de recette magique…

85 millions de budget qui très certainement se termineront à nettement plus, les aléas et imprévus, le temps qui passe, les hausses de coûts, les réclamations de fin de travaux que je tiens pour certaines, eu égard à la complexité, je fais « confiance » à Eiffage !

50 millions de prêts bancaires, 1 million d’intérêts par an, à taux variable, qui augmentent de 50% chaque fois que l’Euribor prend 1 point (pas du tout improbable). Un hôtel qui valait 150 à 180 M€, mais dont Decaux a obtenu 34% pour 15 M€, et encore, pas tout en capital (les dividendes, jamais), mais des avances d’associé lourdement rémunérées (7,5% ?). Que se passe-t-il le jour très peu invraisemblable à court terme où il manque 10 M€ ? Ce sont les impôts des Biarrots qui les mettent ? Ou Decaux qui obtient alors une large majorité du Palais pour un sixième de sa valeur?

Cette opération est plus qu’extrêmement risquée (ce qu’expriment le spread très élevé des banques, et le taux variable, non capé, semble-t-il…).

C’est un véritable scandale de gestion publique. Une véritable spoliation patrimoniale des Biarrots. Puisse la Cour des comptes la dénoncer violemment. Elle l’a fait – sans grandes conséquences, il faut bien le constater – pour la Cité de l’océan. Où elle a bien montré comment la Ville s’est fait rouler dans la farine par Vinci et Dexia.

Le Palais, c’est La Cité de l’océan à la puissance 100.

Pas de recette magique ? Pas magique, mais pragmatique : un audit complet et public du montage dès le début du nouveau mandat, et les décisions qui s’imposent en suivant dans le seul intérêt des Biarrots, auxquels cet établissement de luxe dont ils ne profitent en rien ou presque a déjà coûté les deux bras… au profit de qui ?

Crédits Photo : Laurent PASCAL photographe 64

Catégorie(s) :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.