HOTEL DU PALAIS BIARRITZ

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR MICHEL VEUNAC, MAIRE DE BIARRITZ, PRESIDENT DE LA SOCOMIX, PRESIDENT DES GOLFS DE BIARRITZ, PRESIDENT DU SIAZIM, PRESIDENT DE BIARRITZ OCEAN, PREMIER VICE-PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION PAYS BASQUE, CONSEILLER REGIONAL DE LA NOUVELLE AQUITAINE, …

ET A L’ENSEMBLE DES CONSEILLERS MUNICIPAUX DE BIARRITZ

Monsieur le Maire et multiprésident,

Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux,

Il ne sera jamais trop tard.…

Selon mes informations, Vous seriez en train de faire peser en risque sur les impôts des Biarrots un montant de travaux au moins égal à la dette totale actuelle de Biarritz, soit de l’ordre de 65 M€! Encore est-ce une estimation actuelle des travaux de l’Hôtel du Palais, qui risque évidemment de « déraper » en cours de route.

La Socomix se verrait apporter le fonds de commerce, aujourd’hui détenu par la ville, et bénéficierait d’un bail emphythéotique (de 60 ans?) pour le bâtiment ?
C’est bien sûr la Socomix qui s’endetterait auprès du Crédit agricole pour les travaux, mais concrètement, c’est comme si c’était la ville, sauf que, trop commode, cette dette ne figurerait pas dans les comptes de cette dernière.

Un simple « contrat de gestion » serait passé avec Hyatt (qui, soit dit en passant, n’est pas un spécialiste des « « Palaces », mais plutôt des 5 étoiles) ?
Point de management surréaliste, tout le personnel resterait Socomix, autant dire que Hyatt n’aurait pas vraiment les moyens d’une gestion de professionnel maximisant la performance ?…

Autant dire que la ville ne serait plus propriétaire ni maître de rien, mais ce n’est pas le plus important.
Que se passera-t-il si les résultats financiers ne sont pas au rendez-vous, si la Socomix ne parvenait pas à honorer ses échéances ? Tout cela finira par un dépôt de bilan et chez un administrateur judiciaire. Et Biarritz perdra tout simplement l’Hôtel du Palais sans en avoir jamais touché le prix…

Un tel montage est inacceptable. Il comporte un risque ahurissant pour la ville et les Biarrots.

Le confirmez-vous et comme tout doit commencer en octobre, êtes-vous déterminé à le faire voter en plein été par votre actuel conseil municipal en toute irresponsabilité ?

Êtes-vous totalement sûr de votre Premier adjoint chargé des finances, et après avoir cautionné le montage aberrant de Didier Borotra pour la Cité de l’Océan, vous et lui allez-vous cautionner celui-là ?

Cette affaire risque d’être une seconde Cité de l’Océan, en bien pire. Face à l’absence de négociateurs de haut niveau agissant pour le compte de la ville, et au comportement autocrate que vous prêtent le plus grand nombre des Biarrots, y compris au sein de votre conseil municipal, je crains qu’on ne puisse que faire confiance à Hyatt et au Crédit agricole pour rouler la Ville, notre ville, dans la farine, comme l’avaient fait Vinci et Dexia avec les conséquences que l’on sait.

Si au surplus vous laissiez « introduire », plus ou moins volontairement, ainsi que le craignent de nombreux Biarrots, des clauses pénalitaires sévères en cas de rupture des contrats, afin de tenter de rendre les choses irréversible (Les Biarrots veulent et ont le droit de savoir si c’est votre intention!), alors on peut se demander si ce n’est pas de Cour de discipline budgétaire et financière, ou similaire, voire de poursuites pénales qu’il pourrait un jour s’agir, pour spoliation du denier public et autres détournements.

Un tel montage ne doit pas voir le jour.

Il n’y a pas, il n’y aura pas trente-six solutions pour le prochain maire : Il faut vendre le Palais (murs et fonds) aux termes d’un contrat très bien négocié créant de fortes obligations pour l’acheteur, et bien entendu dissoudre la Socomix.
Il y en a pour 180 à 200 M€. Cela permettra de désendetter la ville et donc de diminuer les impôts des Biarrots (d’où disparaîtra de surcroît la charge budgétaire actuelle importante en subventions directes au Palais, qui constitue de facto, avec l’absence choquante d’un loyer de marché, une véritable falsification de ses comptes, qui ne sont économiquement pas sincères, ce que la Cour des comptes avait dénoncé en son temps), et aussi, et oh combien, de réaliser les investissements pertinents dont la ville a impérieusement besoin…

Est-il dans la vocation d’une ville de posséder et exploiter un hôtel de luxe ? Évidemment en aucune façon, il y a beaucoup mieux à faire avec l’argent public ! Qu’est-ce que cette absurde obstination à vouloir à tout prix en rester propriétaire ?

Il restera pour autant et bien entendu l’Hôtel du Palais, exploité par des professionnels dignes de ce nom, capables d’en développer la performance et l’image, pour le plus grand bien de Biarritz et à l’avantage des Biarrots et de notre cher Pays basque.

Pour Biarritz et les Biarrots, je vous demande de renoncer à un montage dix fois plus fou que celui de la Cité de l’Océan.

Je vous prie de croire, Monsieur le Maire et multiprésident, Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux, aux meilleures pensées d’un simple citoyen follement amoureux de Biarritz, cette belle endormie souffrante que ne pourra réveiller qu’un baiser désintéressé, mais visionnaire.

Catégorie(s) :

Commentaires

Une réponse à HOTEL DU PALAIS BIARRITZ

  1. Paul Bismuth dit :

    Bravo Mr Schneck, pour la qualité de votre travail intellectuel ainsi que pour votre courage citoyen de dire, de nommer, ce qui doit l’être.

    Il faut arrêter ces folies alors qu’il est encore temps, et aussi mettre les élus municipaux devant leurs responsabilités (y compris juridiques) afin de protéger les intérêts des Biarrots.

    Il conviendrait de réfléchir à la pertinence de la création d’un fond type cagnotte internet (avec appel à contribution du public), afin de permettre aux Biarrots de porter en justice tout montage financier qui serait validé en dépit des informations que vous portez à notre connaissance, et dont la nature montre à l’évidence la toxicité, le manque de sincérité et qui peuvent même soulever des questions sur des aspects de possible corruption (la corruption étant comme le cancer: quand on cherche on trouve).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.