Pauvre sixième circo !

Dans la 6ème circonscription des Pyrénées atlantiques, – l’ancienne circo de MAM, réputée un fief de droite, malgré « l’accident » de 2012 qui a vu la défaite de la précitée face à la socialiste S. Alaux -, il y a près de 100 000 inscrits.

Participation 53% supérieure au national.

Vincent Bru, Modem/LREM, maire de Cambo, obtient plus de 20000 voix, soit près de 40% des votants, malgré la polémique justifiée sur son investiture aux dépens de François Amigorena qui la méritait cent fois plus. Il est pratiquement assuré d’être le député de la circonscription dimanche prochain. La dynamique macroniste (et bayrouiste) a joué à plein.

On notera que sur les six circos des P-A, les candidats LREM ou Modem sont tous largement en tête, de sorte que la majorité présidentielle risque d’y faire le « grand chelem ». Probablement aucun élu LR, probablement aucun PS….

Le tandem Arosteguy/Levréro recueille 15% des voix, environ 7,5% des inscrits dans cette circonscription longtemps dominée par la famille gaulliste historique MARIE, et cette seconde place le fait accéder au second tour alors qu’il faudrait normalement 12,5% des inscrits.

À Biarritz même, la ville de Maider Arosteguy, où elle a pu devenir co-conseillère départementale en 2015 au côté de Max Brisson, alors qu’elle était UDI, grâce à une alliance qui avait du sens alors entre LR et UDI (avec pour directeur de campagne F-X Menou, aujourd’hui suppléant de Vincent Bru, et l’auteur de ces lignes comme conseiller politique et stratégique => juste une belle victoire dans un contexte difficile avec des dissidences dans tous les coins, dont certaines concoctées où l’on sait), elle n’obtient que 23%, V. Bru faisant 41% (soutien du maire Michel Veunac, Modem). Rappelons que Biarritz avait voté Fillon à 32%! Diable, où sont passées toutes ces voix qui manquent?

À St-Jean de Luz, la ville de MAM pendant si longtemps, MAM qui, après les tristounettes péripéties présidentielles que l’on sait, était venue « passer le flambeau » à notre Maider pour lancer la campagne, le résultat est du même ordre que pour l’ensemble de la circo……

À Hendaye, deuxième ville de la circo, politiquement compliquée, où Henri Levréro avait déployé aux municipales 2014 des efforts méritoires pour assurer une présence UMP, sans grand succès, V. Bru fait 31%, S. Alaux est 2ème à 17%, LFI 3ème à 14%. Notre tandem, avec 7,6%, est 6ème et fait moins bien que le FN!

À Urrugne, la ville qu’habite Henri Levréro, celle dont est maire Odile de Coral, LR, Bru fait encore 31%, et c’est Peio Etcheverry-Ainchart qui est second à 15%, notre tandem étant 3ème à 14%.

Tous ces résultats, s’ils démontrent comme partout en France le succès de la démarche présidentielle, ne sont absolument pas dignes des courants de pensée que représentaient l’UMP, puis les LR, ni de leur influence réelle dans le département. Du moins jusqu’à la présidentielle.

C’est déprimant pour lesdits LR.

Les électeurs ont été cohérents, et on ne saurait le déplorer.
Après avoir éjecté Fillon sèchement, ils n’ont pas voulu accorder leur confiance à des candidats qui l’avaient soutenu sans état d’âme jusqu’au bout, envers et contre tout, sans la moindre prise de distance après les révélations, sans avoir le moins du monde pris position entre les deux tours de la présidentielle. Oubliant délibérément, notamment, les belles et claires déclarations d’un François Baroin, qui s’est toujours positionné sans ambiguïté comme rejetant catégoriquement le Front national, et à qui on ne peut reprocher le moindre opportunisme, au moins sur ce sujet précis.

Ailleurs, dans les P.A., et quelle que soit la valeur intrinsèque réelle des hommes (Éric Saubatte, Marc Oxibar, …), les LR payent certainement aussi le prix de ce que d’aucuns qualifieraient de « fidélité à sa famille politique », mais une telle « fidélité » reste-t-elle légitime devant le peuple quand elle conduit à soutenir l’insoutenable? Nous avons la réponse du suffrage universel. La « vague en marche » n’explique pas tout…

Dans les P.A., à Biarritz, dans la 6ème, les LR auront-ils le courage de se poser les bonnes questions et de tirer les conséquences de ce cuisant échec (comme cela, on le voit bien, ne pourra manquer d’être le cas au niveau national) ?

Rien n’est moins sûr.

J’ai donné mon avis, parfois avec dureté, en essayant de justifier mon point de vue, sans aucun esprit de « haine » ou « d’agressivité », comme d’aucuns l’ont dit, mais avec la force de mes convictions et la fidélité à mes valeurs personnelles, que je mets au dessus de la « fidélité à un parti ».

Les évènements me donnent en partie raison. Je n’en tire, ni gloire, ni jouissance. Il ne fallait pas être grand clerc pour prévoir ce qui allait arriver…..

Catégorie(s) :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.