Candidats, dites-nous votre vision de la moralité de la vie publique !

Texte d’une lettre que Jean-Yves Viollier et moi-même adressons à tous les candidats aux législatives dans les 4ème, 5ème et 6ème circonscriptions des Pyrénées atlantiques.

Nous publierons les réponses et les non-réponses !…

« Monsieur le candidat ou Madame la candidate,

Nous sommes deux blogueurs biarrots que tout a priori oppose en matière d’options politiques.

Jacques-André Schneck, consultant, ingénieur des travaux publics de l’État, ancien élève de Sciences Po Paris et de l’Ena, est membre du parti Les Républicains et anime Le blog politique (https://www.jacques-andre-schneck.fr/), Jean-Yves Viollier, ancien journaliste du Canard enchaîné et membre d’Anticor, écrit dans Bisque, Bisque, Basque ! (www.jeanyvesviollier.com). Pourtant, pendant la campagne des présidentielles, nous avons souvent défendu des positions communes sur la nécessaire moralisation de la vie publique, ce qui nous a décidé à vous interroger d’une seule voix.

Alors que vous vous présentez aux élections législatives, nous aimerions vous poser six questions simples, pour publier vos réponses dans nos blogs réciproques et aider les citoyens à se déterminer

(Attention nous ne prendrons en compte vos réponses que si elles nous parviennent avant le vendredi 2 juin 2017 pour pouvoir les dépouiller et écrire un article avant le premier tour.)

Question 1 : Prenez-vous l’engagement, si vous êtes élu (e) de ne pas faire plus de deux mandats consécutifs ? Par ailleurs, il est permis de juger que le mandat électif absolument unique, toutes catégories confondues, serait un réel progrès pour la République. Le proposeriez-vous si vous êtes élu(e) ? »

Question 2 : Êtes-vous prêt (e) à ne pas faire travailler comme assistants parlementaires des membres de votre famille ou des proches ?

Question 3 : Êtes-vous favorable à l’idée de la création d’un conseil citoyen pour décider avec vous de l’utilisation de la réserve parlementaire ou comment comptez-vous procéder pour répartir cet argent ?

Question 4 : L’indemnité de frais de mandat, laissée pour le moment à la disposition de l’élu, doit-elle être transformée en remboursement des frais réels sur facture, comme pour l’ensemble des citoyens ?

Question 5 : Iriez-vous jusqu’à affirmer que l’exercice d’un mandat politique, comme celui d’un mandat associatif, doit être bénévole, qu’un élu ne doit pas en tirer de revenus hors les remboursements de frais précités, que l’interdiction de tout cumul de mandats doit permettre la poursuite simultanée d’une activité professionnelle (on en a de nombreux exemples), et qu’être élu n’est pas un « métier »?

Question 6 : Alors que le Président de la République Emmanuel Macron veut faire de la moralisation de la vie publique une des priorités de son mandat, que comptez-vous proposer sur ce sujet si vous entrez à l’Assemblée nationale ?

Jacques-André Schneck
Jean-Yves Viollier »

Catégorie(s) :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.