Duperie ou duplicité ?

Concernant l’affaire biarrote soulevée par le billet d’humeur de J.Y.Viollier, un grand bravo à François Amigorena, conseiller municipal et maire adjoint délégué, DE LA « MAJORITE » élue en 2014, qui demande ce soir l’annulation de la vente du terrain !

On reparlera de tout cela dans le cadre des actions contre les tours pendables des élus….

Incidemment, on notera avec désolation qu’on n’a pas entendu un seul membre de « l’opposition » se manifester sur cette affaire visiblement soufrée. Allez donc savoir pourquoi ! 
On se rappellera aussi que Madame Nathalie Motsch avait été dissidente de l’Ump en 2014 pour aller servir le triste candidat Veunac, que personne n’avait eu de mots aussi durs que les siens à l’encontre de Max Brisson et de sa liste. Elle semble en avoir été fortement remerciée par le maire choisi par les Biarrots…

Dans cette sinistre affaire, on ne manquera pas de savoir très vite qui a trompé qui, qui est complice de qui.

Je rappelle que la délibération autorisant la vente du terrain est du 29 septembre, de sorte que le délai de recours administratif expirait ce 29 novembre. La demande de retrait de François Amigorena intervient à point nommé.

Les citoyens des Pyrénées atlantiques et des Landes, et tout spécialement ceux de la Côte basque, vont assister très prochainement à la naissance d’une nouvelle association à vocation locale, dont l’objet sera essentiellement de combattre la corruption des élus de la République.

Un sujet sur lequel « il y a de quoi faire », par ici !…

 

 

 

Catégorie(s) :

Commentaires

Une réponse à Duperie ou duplicité ?

  1. Dominique de la Mensbruge dit :

    Un mot: Bravo.
    Un idéal : rendre ses « lettres de noblesse » à la politique, notamment au Pays basque.
    Un but : stopper la corruption de ces élus dévoyés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.